FANDOM


Akatsuki Hiden - L'Éclosion des fleurs du mal (暁秘伝 咲き乱れる悪の華, Akatsuki Hiden - Sakimidareru Aku no Hana) est une histoire écrite par Shin Towada et illustrée par Masashi Kishimoto. C'est le sixième et dernier ouvrage de la série Naruto Hiden.

Ce roman se présente sous la forme de nouvelles indépendantes les unes des autres et chaque histoire inédite est constituée d'un binôme : Itachi et Kisame, Hidan et Kakuzu, Deidara et Sasori, puis Konan et Zetsu (bien qu'il y ait des références à Nagato). Le livre comprend également un prologue et un épilogue dans lesquels apparaît Sasuke Uchiwa.

RésuméModifier

PrologueModifier

Quelques années après la fin de la Quatrième Grande Guerre Shinobi, Sasuke a entamé son pèlerinage de rédemption et marche à travers une forêt. Malgré son passé de criminel international, il s'est vu accorder une liberté nouvelle grâce aux liens d'amitié qu'il entretient avec Naruto Uzumaki, à l'amour que lui porte Sakura Haruno et à la confiance de Kakashi Hatake. Il cherche à présent la rédemption de ses actions passées, en voyageant et en observant le monde d'un œil nouveau. Alors qu'il traverse une forêt, il remarque un lit de fleurs blanches au pied d'un arbre. Conscient qu'il n'aurait pas pris la peine de s'attarder sur ce genre de détail quelques années plus tôt, il décide de s'accorder une pause pour contempler ce spectacle.

Alors qu'il se laisse happer par la beauté de la nature, il entend l'échange entre deux frères se trouvant non loin de sa position. Les garçons partagent un moment de complicité dans lequel ils se prennent pour des ninjas et s'envoient des shuriken de papier. Ômitsu, l'aîné, maîtrise mieux le lancer que son cadet, Komitsu, qui ne cache pas son adoration pour les capacités de son grand frère ; rappelant à Sasuke ses sentiments envers son propre frère, Itachi Uchiwa. Après avoir fait l'inventaire de leurs outils improvisés, un coup de vent emporte malencontreusement les shuriken en papier. Komitsu se lance alors à leur poursuite et ne se rend pas compte qu'il arrive au bord d'un précipice. Alors qu'il allait chuter dans le vide, il est rattrapé de justesse par Sasuke qui intercepte également les shuriken de papier.

Les enfants remercient alors Sasuke pour son intervention et, étant émerveillés par ses capacités, lui demandent s'il est le célèbre héros Naruto. La question soudaine laisse Sasuke sans voix. Komitsu demande alors à « Naruto » de les aider à s'entraîner. Voyant cela comme un premier acte de pénitence, Sasuke décide de prendre les deux frères sous son aile, leur révélant dans le même temps sa véritable identité. Sasuke qui, au départ, s'était engagé à ne pas perdre trop de temps avec eux, finit par se laisser attendrir par la relation qui lie les deux frères : l'innocence du plus jeune et la bienveillance de l'aîné à l'égard de son cadet lui rappellent son passé aux côtés de son frère.

Après plusieurs heures d'entraînement, Komitsu s'est clairement amélioré, arrivant maintenant à toucher les cibles improvisées par Sasuke. Fier de lui, il finit par remarquer le soleil couchant qui teinte le ciel d'une lueur sombre, parsemant les nuages de nuances écarlates. Ce spectacle lui rappelle l'Akatsuki, il le dit à voix haute, attirant l'attention de Sasuke. Son aîné le corrige en lui expliquant que la signification première d'« Akatsuki » fait référence à l'aube et non au crépuscule. Alors que le visage de Komitsu s'assombrit, Ômitsu avoue à Sasuke que leur famille a été assassinée par l'organisation de criminels.

Chapitre 1Modifier

Le Millepertuis (弟切草, Otogirisô)

Itachi et son partenaire, Kisame Hoshigaki, font halte dans une grotte pour passer la nuit. Ce soir-là, Itachi ne parvient pas à trouver le sommeil car c'est la date à laquelle il avait massacré son clan. En proie à la mélancolie, il fixe la lune, s'interrogeant sur le devenir de son jeune frère, Sasuke, à qui il avait ôté toute trace d'innocence lors de cette nuit fatidique. Aujourd'hui, il n'attend plus qu'une chose : mourir de la main de son cadet. En prévision de ce jour, il se contente de jouer le rôle du pion parfait au sein d'Akatsuki. Kisame interrompt le cours de ses pensées, le taquinant sur le fait qu'il tente de déserter l'organisation criminelle. Itachi n'apprécie pas la tentative d'humour de son partenaire et coupe court à leur échange verbal. Kisame plonge alors dans ses propres pensées, comparant mentalement sa force et celle de son partenaire, pour finalement arriver à la conclusion qu'il serait heureux de quitter ce monde de la main d'Itachi.

Alors qu'ils s'apprêtent à regagner la grotte, un brouillard épais fait son apparition, leur indiquant la présence de chasseurs de déserteurs appartenant à Kiri. Ils se voient rapidement encerclés et, avant que Kisame ne parvienne à dégainer Samehada, il se retrouve piégé dans une prison aqueuse. Bien que leurs opposants le croient hors d'état de nuire, Kisame parvient à se libérer de sa prison en utilisant la technique Suiton - Vague Explosive. Malgré les tentatives des chasseurs de déserteurs pour se défendre, Kisame les abat tous un à un en combinant ses capacités d'épéiste à son affinité avec l'élément Suiton.

S'ensuit une confrontation avec deux des survivants, Kiiro et Kodaka, deux frères qui mettent tout en œuvre pour terrasser Itachi et Kisame. Alors que Kiiro passe à l'offensive en lançant un dragon aqueux sur Kisame, il initie ensuite une attaque combinée qui recouvre Kisame d'une pluie noire et le prive de son sens de la vue. Kodaka enchaîne rapidement avec une technique Raiton criblant Kisame de multiples piqûres d'aiguilles. Bien que les blessures semblent légères, Kisame se rend compte que les aiguilles contiennent du poison car il ne tarde pas à en ressentir les effets néfastes. Il décide arbitrairement de se trancher la partie de son corps infectée, afin de limiter la propagation du venin.

Kodaka perd son sang froid en voyant les actes de Kisame et son frère lui ordonne de lui porter le « deuxième coup » pendant qu'il se charge de créer une ouverture. Itachi se joint alors au combat et met hors d'état Kiiro au moyen du Tsukuyomi. Il choisit de lui faire vivre une mort par noyade pendant quarante-huit heures d'affilées. Kiiro subit alors l'effondrement mental consécutif à la technique et, alors qu'Itachi se dirige vers lui pour achever les deux ninjas, Kodaka récupère son cadet et prie à voix haute pour ne pas perdre son « petit-frère ». Cet élan d'affection interrompt Itachi dans sa course, permettant à Kodaka de prendre la fuite en emportant son frère avec lui.

Après la fuite de leurs opposants, Itachi et Kisame mènent une investigation de la scène et découvrent que la pluie noire ne contient aucun poison. Ils cherchent alors à établir un lien entre les techniques et concluent que l'astuce doit se situer à l'étape de la technique Raiton : en référence au « second coup » dont parlait Kiiro. Kisame propose de traquer immédiatement les deux frères pour finir le travail, mais Itachi décide qu'il est plus sage que les deux hommes se reposent ; expliquant que l'état de Kiiro ne leur permettra de toute façon pas de se déplacer librement pour les prochaines heures. Entre temps, Kiiro sort de sa léthargie et accuse son frère aîné de ne pas avoir terminé le combat. Ce dernier lui rétorque que les deux nukenin sont bien trop puissants et que le mieux serait de rentrer au village pour retrouver un mode de vie plus sain et sans mettre leur vie en jeu à chaque instant. Son jeune frère insiste pour continuer à prendre Itachi et Kisame en chasse, obnubilé par la récompense accompagnant leur mort.

Le matin suivant, alors qu'Itachi et Kisame se déplacent en forêt, ils remarquent une abeille venimeuse volant non loin d'eux avec un morceau de papier attaché à l'une de ses pattes. Itachi se charge d'intercepter le morceau de papier mais lorsqu'il le déroule, celui-ci est vierge. Fort de son expérience acquise au sein de l'Unité de Décryptage de Kiri, Kisame infuse un peu de son chakra dans le document, révélant ainsi son contenu. Il s'agit d'une lettre vraisemblablement destinée à une famille ; l'auteur leur informant qu'il est toujours en vie. Les deux partenaires en déduisent qu'il s'agit d'un message d'un des deux frères croisés la veille, et qu'ils doivent sans doute détenir la capacité de contrôler les insectes, au même titre que le clan Aburame de Konoha. Ils comprennent alors que la technique Raiton utilisée sur Kisame n'est qu'un leurre et que les piqûres viennent en réalité des abeilles venimeuses. Ils décident alors de faire demi-tour et de prendre en chasse les deux frères.

Ils croisent leur route à la tombée de la nuit et le combat s'engage sur le même schéma que le précédent. Lorsque Kodaka vise Kisame avec sa technique des aiguilles, Itachi intervient, stoppant ainsi l'assaut. Il remarque alors que des abeilles se trouvent prisonnières du mucus qu'il vient d'envoyer, confirmant ainsi la théorie qu'il partageait plus tôt avec Kisame. Le secret de leur technique étant découvert, Kodaka retire son manteau sous lequel se trouvent une nuée d'abeilles recouvrant tout son corps. Il leur explique qu'à la base, ces abeilles ne sont pas faites pour tuer mais pour récolter du miel, principale activité de leur famille autrefois, mais qu'ils se sont reconvertis par manque de finances. Afin de se protéger de l'attaque, Kisame s'enferme volontairement dans une prison aqueuse, alors qu'Itachi envoie une boule de feu en direction de Kodaka qui n'évite pas la technique à temps et se met à brûler. Concentrant ses dernières forces, il lance un ultime ordre aux abeilles qui se ruent sur Kiiro qui succombe suite au poison et aux nombreuses piqûres. Itachi et Kisame sont surpris de la tournure que prennent les évènements, Kodaka leur explique qu'il n'a jamais souhaité devenir un chasseur et qu'il n'a fait que suivre cette voie par amour pour son frère. Il achève ce dernier en lui plongeant un kunaï dans le cœur, avant de se suicider lui aussi de la même manière. Suite aux décès de leurs utilisateurs, les abeilles s'agitent en tout sens, forçant les deux nukenin à quitter les lieux.

Après leur mésaventure, Kisame relève les ambiguïtés des relations fraternelles alors qu'Itachi repense à Sasuke, se demandant si ce dernier s'est endurci et si la voie de la vengeance l'a rendu plus fort. Au-delà de ces pensées, Itachi se demande si, comme Kodaka, il sera capable de confesser la vérité et son amour pour son jeune frère lorsque celui-ci lui ôtera la vie.

Chapitre 2Modifier

La Vallée des Mensonges (偽りの谷, Itsuwari no Tani)

Kakuzu et son partenaire, Hidan, sont à la recherche d'un homme dont la tête est mise à prix pour 15 millions de ryô. Ils ne détiennent aucune information précise sur le lieu où leur cible se cache et arpentent une vallée désertique depuis des jours. Furieux de ne pas pouvoir offrir à Jashin un nombre de sacrifices conséquent, Hidan perd patience et décide d'abandonner leur enquête. À ce moment-là, l'homme recherché fait son apparition. Le considérant comme sa prochaine proie, Hidan le prend en chasse et lui extirpe quelques gouttes de sang à l'aide de sa faux à trois lames. L'homme observe avec confusion lorsque le nukenin s'entaille la main et réalise les préparatifs pour lancer sa malédiction. Après avoir dessiné le symbole du culte de Jashin au sol avec son propre sang, Hidan goûte au sang de sa cible, présent sur son arme de prédilection, faisant apparaître des stries blanches sur sa peau devenue entièrement noire. Il s'enfonce alors un pieu dans le cœur, marquant par le même coup la fin de la cérémonie. L'homme en face de lui s'effondre quelques secondes plus tard, après avoir craché du sang. Alors que Hidan s'apprête à réaliser le rituel de prière consécutif à chaque sacrifice, un jeune garçon sort de nulle part. Il ne semble pas du tout effrayé par ce qui se tient sous ses yeux et demande même des précisions au nukenin sur son rituel.

Les deux partenaires échangent des regards entendus quant à l'attitude étrange du garçon et Kakuzu en est convaincu lorsque le petit fait part de son souhait de rejoindre le culte de Jashin. Il se présente sous le nom de Hohozuki et leur explique que son village se trouve juste à quelques mètres de leur position. Les deux nukenin ont du mal à croire ses dires étant donné qu'ils tournent en rond depuis plusieurs heures. Kakuzu brandit alors la tête de l'homme tué précédemment tout en demandant au garçon s'il le reconnaît comme étant un habitant de son village. Hohozuki répond par la négative, tout en précisant qu'il l'aurait peut-être reconnu s'il s'était « trouvé » dans le village. En entendant ces paroles à la fois énigmatiques et contradictoires, Kakuzu demande au gamin de les conduire dans ledit village, prétextant un besoin de faire une halte alors qu'en réalité, des primes sont également accordées pour les membres de la famille de leur cible. Alors qu'ils se mettent tous les trois en route, Hohozuki pose un tas de questions à Hidan quant au culte de Jashin et le nukenin ne cache pas sa fierté. Il lui enseigne les principes les plus importants, le but de cette religion ainsi que l'importance des prières quotidiennes.

Quelques minutes plus tard, ils atteignent le sommet d'une falaise en contrebas de laquelle serpente une rivière. Pointant du doigt le versant opposé, Hohozuki explique que le village se trouve là-bas. Kakuzu comprend alors pour quelle raison ils sont passés à côté sans pour autant pouvoir le localiser : un genjutsu, alimenté par l'eau de la rivière, enveloppe entièrement le village. Une fois celui-ci dissipé, ils peuvent clairement distinguer les maisonnettes, les ruelles, et les habitants. L'endroit semble d'ailleurs très peuplé pour un coin aussi isolé. Hohozuki précise que les habitants du village, appelé « le Paradis » sont comme une grande famille et se connaissent donc tous très bien. Kakuzu traduit mentalement qu'avec leur attirail atypique d'Akatsuki, Hidan et lui vont vite se faire remarquer. Le gamin leur suggère alors d'utiliser la métamorphose afin de prendre son apparence à lui. De cette manière, ils ne seront soupçonnés de rien. Kakuzu approuve et s'exécute immédiatement. Gardant à l'esprit que Hidan ne brille pas par ses capacités d'infiltration, il lui ordonne de rester en dehors du village avec le gamin. Ce dernier explique à Kakuzu qu'une fois passé l'entrée du village, il n'aura qu'à rejoindre son ami, Ameyuki, qui lui servira de guide. Pour accompagner ses paroles, il lui donne un morceau de boue solidifiée qu'il devra présenter à son ami afin de prouver que c'est lui qui l'envoie.

Alors qu'il arpente tranquillement les rues du Paradis, Kakuzu se félicite mentalement de ne pas avoir traîné son partenaire avec lui. En effet, les expressions un peu trop joyeuses pour être crédibles qu'arborent les habitants, auraient incité Hidan à perpétrer un carnage. Il finit par trouver Ameyuki et lui donne le présent de Hohozuki, après avoir relevé que ce dernier contenait un peu de chakra du gamin. Une fois touché par Ameyuki, la boue fusionne avec sa main alors que le visage de l'enfant s'illumine, comme s'il venait de se rappeler d'un souvenir. Kakuzu en déduit qu'ils peuvent communiquer à distance au moyen de cette boue infusée de chakra.

À l'extérieur du village, Hidan continue la formation improvisée de son seul et unique disciple. Hohozuki lui fait part de son appréhension, non pas à tuer des êtres humains, mais par rapport au risque de se faire tuer s'il tombait sur plus fort que lui. Il demande ensuite des précisions sur le commandement qui stipule de tuer son prochain et si celui-ci s'applique également à Kakuzu. Hidan lui rétorque alors qu'il déteste Kakuzu, et donc, qu'il n'est pas son prochain. Des paroles que le gamin interprète comme une certaine forme de bienveillance pour son partenaire.

Kakuzu les rejoint quelques minutes plus tard, les mains vides, expliquant qu'il a échoué à repérer les membres de la famille de leur cible. Alors que Hidan insiste pour qu'ils quittent enfin la vallée, son partenaire exige qu'ils passent la nuit au sommet de la falaise. Hohozuki rejoint ensuite les siens, promettant aux deux hommes de les retrouver le lendemain pour leur dire au revoir. Une fois qu'il se retrouve seul avec Hidan, Kakuzu lui fait remarquer qu'il faudra tuer les deux gamins car ils détiennent trop d'informations qui pourraient nuire à l'organisation. Finalement, à la tombée de la nuit, les doutes de Kakuzu se confirment lorsqu'il aperçoit les villageois s'agiter et rejoindre la forêt, à la recherche d'un homme qui manque à l'appel. Le lien est rapidement établi puisqu'il s'agit de la cible abattue la veille par Hidan. Alors que les habitants du Paradis tombent sur le corps sans vie de leur pair (sa tête ayant été arrachée), Kakuzu en profite pour les distraire en étirant ses membres, avant de les tuer sur le coup en lançant une technique Raiton. En examinant les corps de plus près, Kakuzu se rend compte que leurs visages ont changé et qu'ils appartiennent bien à la famille de la cible. Il en déduit que les habitants du village ont tous recours à la technique de métamorphose et que, de ce fait, toutes leurs têtes sont sans doute mises à prix. Déclarant à Hidan que le Paradis est une véritable mine d'or, les deux partenaires se lancent finalement à l'assaut de celui-ci.

Alors que Kakuzu décide de prendre en chasse le chef de village, pensant que c'est l'homme qui détient la plus grosse prime, Hidan fait face à Hohozuki à qui il déclare réserver un rituel particulier qu'il accomplira après avoir tué Ameyuki. Portant un coup fatal au jeune garçon en question, il découvre que celui-ci n'a aucune consistance et qu'il est entièrement modelé de boue. Les lambeaux de terre fusionnent alors avec le corps de Hohozuki qui dégage ensuite un chakra très puissant, révélant ainsi le véritable corps d'Ameyuki. Ce dernier explique qu'il a prit l'apparence permanente de son ami décédé, Hohozuki, afin d'honorer sa mémoire et son sacrifice passé. Il déclare ensuite à Hidan qu'il va à présent, le considérant comme son prochain, lui ôter la vie et l'offrir en sacrifice à Jashin. Il attaque immédiatement, révélant un kekkei genkai, en utilisant le Deiton. Étant étranger à de tels attributs génétiques, Hidan se voit rapidement désavantagé et contraint de s'entailler volontairement un poumon afin de libérer ses voies respiratoires obstruées par les attaques de boue d'Ameyuki. Il parvient néanmoins à lui extirper quelques gouttes de sang qu'il utilise aussitôt pour préparer son rituel. Il ne parvient cependant pas à lancer la malédiction à cause du sol mouvant contrôlé par Ameyuki, qui déforme le symbole de Jashin tracé aux pieds du nukenin. Acculé, Hidan demande son aide à Kakuzu qui passe non loin, mais ce dernier rétorque qu'il a mieux à faire et lui suggère de retourner dans la forêt. Pensant d'abord que son coéquipier lui conseille la fuite, Hidan se remémore que des souches d'arbres parsèment les bois et qu'il pourrait s'en servir pour tracer un symbole de rituel sur lequel son opposant n'aura aucun contrôle.

Finalement, Hidan parvient à créer le lien macabre avec sa future victime et restreint ses déplacements en s'enfonçant son pieu dans les deux genoux. Sentant sa mort proche, Ameyuki fait néanmoins l'éloge des capacités de Hidan, lui explique les traumatismes qu'il a subis au cours de son enfance et l'influence qu'ont eu ces derniers sur ses choix de vie. Il révèle qu'il a massacré plusieurs ninjas et villageois qui tentaient de s'en prendre à son ami Hohozuki à cause de leurs attributs génétiques et que c'est pour cette raison que sa tête est mise à prix ; il figure d'ailleurs dans le Bingo Book. Acceptant de jouer le rôle de sacrifice pour Jashin, Ameyuki explique toutefois qu'il va réaliser une ultime offrande avant de quitter ce monde. Il joint les gestes à ses paroles et ensevelit le village entier dans une coulée de boue, ôtant la vie à tous ses habitants. Il reçoit ensuite les félicitations de Hidan qui approuve sa technique, puis meurt quelques secondes après, le rituel étant accompli.

Kakuzu localise son partenaire quelques minutes plus tard et constate qu'il a tué les deux enfants comme il le lui avait demandé. Bien qu'il ait déjà en main plusieurs têtes de villageois, il s'empresse de prendre également celle d'Ameyuki. Il échange ensuite quelques mots avec Hidan sur les raisons qui ont poussé le garçon à conserver un clone de lui-même, comme s'il avait toujours souhaité qu'on le retrouve un jour et que son intérêt soudain pour le culte de Jashin traduisait sans doute un salut puisque celui-ci prône le massacre, reflet des actes passés d'Ameyuki. Souhaitant éviter de s'éterniser sur les lieux, Kakuzu presse Hidan à terminer sa prière et ce dernier lui rétorque en riant que, comme le gamin est mort en martyre, la prière prendra plus longtemps que d'ordinaire.

Chapitre 3Modifier

Le blanc qui surgit (浮かびあがる日, Ukabiageru Hi)

Sasori et son partenaire, Deidara, viennent de détruire un village entier pour le compte de leur organisation ; Deidara s'étant chargé de réduire les lieux en cendres grâce à son argile explosive, alors que Sasori s'est contenté de tuer les survivants en contrôlant Hiruko. Suite au succès de leur mission, Sasori entreprend de faire leur rapport à Akatsuki mais son partenaire souhaite partir à la recherche d'une nouvelle forme d'argile qui, selon lui, transcenderait son art. Après réflexion, Sasori suggère qu'ils se rendent au Village de la Céramique puisque ce dernier est connu pour détenir de grandes variétés d'argile. Séduit par cette idée, Deidara matérialise un oiseau d'argile afin de les transporter plus rapidement sur les lieux.

Bien que le village se trouve dans le Pays du Vent, Sasori préférant éviter les abords de Suna, adapte leur itinéraire afin qu'ils y arrivent par le Pays des Rivières. Pendant leur vol de repérage, Deidara contemple toutes les œuvres faites de céramique, ainsi que les ornements sur les bâtiments et les cheminées fumantes servant vraisemblablement à leur création. Il s'imagine déjà la beauté que leur explosion procurerait. Les deux hommes décident alors d'atterrir en périphérie du village afin de ne pas attirer l'attention et découvrent un atelier isolé aux abords de la forêt. Pris de curiosité, Deidara s'aventure dans le bâtiment et tombe nez à nez avec une jeune femme en train de briser ses propres créations en céramique au sol. Pensant qu'elle partage les mêmes convictions que lui sur le fait que l'art n'est que destruction, il la salue et lui fait une démonstration de ses talents. La femme, Kannyû, lui explique qu'elle détruit ses œuvres car celles-ci sont ratées et non pas parce qu'elle exprime son art. Elle laisse d'ailleurs entendre qu'elle n'est pas du tout impressionnée par la forme d'art de Deidara, bien que le fait de pouvoir donner naissance à ses œuvres grâce à l'argile lui donne un certain mérite. Par la suite, elle reprend son travail et Deidara, décidant d'ignorer le fait qu'elle l'insulte indirectement, suit Sasori jusqu'au village.

Le village de la Céramique apparaît très peuplé et ses rues animées sont jonchées d'étals présentant différents produits en céramique où se croisent acheteurs et vendeurs, débattant des prix et de la qualité de la marchandise. Au centre de la place se tient un immense manoir orné de milliers d'émaux en céramique d'un blanc immaculé, dans lesquels se reflètent les rayons du soleil, donnant une apparence presque féerique au lieu. Sasori explique que c'est l'endroit où réside le chef du village. Bien que Deidara ait été impressionné par les importantes quantités d'argile, il déclare que leur qualité laisse à désirer et que tout paraît trop clinquant. Son partenaire s'accorde avec lui sur ce dernier point. Ayant visité le village par le passé, Sasori lui explique que les lieux ont changé par rapport à ses souvenirs et que le village, autrefois simple et avec des ornements de goûts, a largement perdu de sa renommée. Il émet l'hypothèse que les céramistes les plus compétents ont sans doute quitté les lieux des années auparavant.

Alors qu'ils mènent leur enquête quant au lieu d'extraction de l'argile, ils s'efforcent de dissimuler leur présence. Ils décident donc de « tuer avec modération ». Deidara espère qu'une nouvelle forme d'argile lui permettra de se venger d'Orochimaru qu'il tient pour responsable de son recrutement forcé dans l'organisation. En effet, si le Sannin n'avait pas déserté Akatsuki, Deidara aurait continué sa vie de terroriste et d'artiste comme bon lui semblait. Au bout de quelques heures, ils parviennent enfin à trouver la mine d'extraction mais Deidara reste insatisfait, proclamant que l'argile extraite est d'une qualité inférieure à la sienne. Il s'excuse alors auprès de son partenaire pour la perte de temps engendrée par cette escapade, mais Sasori ne semble pas convaincu et propose de chercher davantage d'informations en ville.

De retour au village, les deux hommes sont témoins d'un conflit verbal entre Kannyû et Gôshô Tôjin, l'actuel dirigeant du village. Ils entendent la jeune femme le supplier de faire renaître la technique de l'Éclosion Florale qu'elle estime appartenir au patrimoine du village, mais Gôshô refuse, prétextant que c'est justement suite à l'extinction de la technique que le village est devenu prospère. Kannyû insiste en s'appuyant sur l'importance du savoir légué par Mashô, transmis de génération en génération, mais ses paroles ne font qu'énerver davantage le chef du village. Ce dernier finit par se moquer ouvertement des créations de la jeune femme, déclarant que son art ne se vend pas et n'a donc aucune valeur. Alors que l'homme fait demi-tour pour regagner sa demeure, Deidara, irrité par ses remarques sur l'art, réduit en cendres un des pans de son manteau grâce à l'un de ses explosifs.

Par la suite, Kannyû lui attribue le mérite d'avoir déstabilisé leur chef et présente ses excuses pour la scène à laquelle ils viennent d'assister. Lorsque Sasori demande ce qu'il est advenu du vieux Mashô, sous-entendant qu'il le connaissait, la jeune femme les conduit en direction d'un sanctuaire situé non loin de son atelier. Elle leur apprend que le sanctuaire a été façonné par Mashô, le créateur de la technique de l’Éclosion Florale et qu'on peut le voir à la texture et au visuel de la céramique qui le compose : orné de minuscules fleurs d'un blanc pur. Elle précise que cet effet est extrêmement difficile à reproduire, même pour un céramiste de renommée et qu'elle passe son temps à tenter de recréer cette technique, sans pour autant réussir. Kannyû leur avoue alors qu'elle était autrefois une disciple du vieux Mashô et leur montre un pendentif forgé par ce dernier, pour argumenter ses dires. Les deux hommes s'accordent sur le fait que le style du céramiste est en effet inimitable et impressionnant. Sasori précise aussi que sa grand-mère avait engagé Mashô, des années auparavant, pour fabriquer des prothèses en céramique pour ses marionnettes. Il fait part de ses regrets quant au fait que l'homme ait déserté le village, mais Kannyû rétorque que ce n'est pas le cas et que sa défection datant de dix ans est davantage en lien avec la recherche d'un lieu où son art pourrait pleinement s'exprimer.

Le crépuscule tombant sur le village, Kannyû invite les deux hommes à passer la nuit chez elle. Ils acceptent uniquement car elle précise que sa maison possède plusieurs chambres. Après le dîner, Deidara accompagne la jeune femme à son atelier et assiste à de nombreux essais ratés pour retrouver la technique de finition de Mashô. Il lui suggère alors de faire brûler la céramique plus intensément lors de la dernière étape, mais Kannyû lui rétorque qu’augmenter brutalement la température ne ferait que détruire ses créations. Elle change ensuite de sujet, lui demandant si Sasori a apprécié le repas étant donné qu'il n'a pas touché une miette de son assiette et Deidara lui explique que son partenaire n'a pas besoin de se nourrir puisqu'il a dédié son propre corps à son art. La jeune femme ne comprend pas ses mots mais ne demande pas davantage de précisions.

Le lendemain, alors que Kannyû s'affaire à son atelier, les deux hommes retournent au sanctuaire et Sasori le détruit sans préambule. En examinant les débris, Deidara remarque que la qualité de l'argile utilisée est bien supérieure à tout ce qu'il a vu jusqu'à présent, ce qui induit qu'un autre site d'extraction doit se trouver dans les parages. Ils concluent que l'endroit doit être dissimulé dans les quartiers de Gôshô et partent donc en direction du manoir, déterminés à découvrir le secret de l'argile de Mashô. Alors qu'ils s'apprêtent à franchir le portail, deux gardes s'interposent et Sasori utilise ses compétences de marionnettiste pour les forcer à s'entretuer, libérant ainsi le passage.

Les deux hommes trouvent finalement un atelier secret dans les sous-sols du manoir et Deidara s'empresse d'utiliser l'argile trouvée pour façonner une araignée. Il juge que la qualité se rapproche de la définition qu'il se fait de l'art mais n'est pas satisfait par la quantité entreposée qu'il trouve insuffisante. Sasori, quant à lui, est focalisé sur les émaux en céramique exposés dans l'atelier et, plus particulièrement, par les glacis qui recouvrent les créations. Ceux-ci étant une source d'inspiration, lui permettent d'élargir ses connaissances en matière de poisons. Comme ils ont tous les deux trouvé ce qu'ils cherchaient, Sasori décide qu'il est temps de quitter le village et d'aller rendre leur rapport à l'organisation, mais Deidara insiste pour trouver le site d'extraction caché.

Sasori commence à perdre patience mais il accepte néanmoins la requête de son partenaire et, ensemble, ils se lancent à la poursuite de Gôshô qui tente de fuir le manoir. Sa traque les conduit à une porte dissimulée, à l'extérieur de la demeure, qu'ils ne peuvent malheureusement pas franchir car elle est scellée. Deidara surprend alors le chef du village en lui faisant ingérer l'araignée d'argile qu'il avait façonnée plus tôt. Comme attendu, Gôshô explose littéralement et Deidara reste fasciné devant ce spectacle morbide. Étant donné que Gôshô était le seul à pouvoir ouvrir le passage, Deidara décide de tout faire sauter, pensant que la porte ne résistera pas à sa spécialité. Il créé alors un dragon en C2 et prend place sur son dos, avec Sasori.

Au moment où ils prennent leur envol, Kannyû apparaît en contrebas et les blâme pour leur comportement. Sasori lui reproche alors de se soucier davantage du sort du village que de son art, auquel elle répond qu'elle ne leur en veut pas de détruire le village, mais d'avoir anéanti le sanctuaire érigé par Mashô. Deidara lui suggère de s'éloigner si elle ne veut pas finir en cendres et il justifie son geste auprès de Sasori par rapport au fait qu'elle les ait logés. Ce dernier acquiesce, observant la jeune femme courir en direction de son atelier pour s'y réfugier. Elle regarde alors le dragon d'argile réduire à néant le manoir de Gôshô, ainsi que tout le village. L'onde de choc créée par l'impact ne l'épargne cependant pas et elle perd connaissance en contemplant le feu de la cheminée de son atelier, attisé par le choc explosif.

Inspectant le cratère formé par l'explosion, Deidara et Sasori repèrent finalement un autre passage sous-terrain menant à une salle de stockage secrète. Une fois sur place, ils découvrent enfin les stocks d'argile supérieure, entreposés parmi des ossements et d'autres créations en céramique, mais Deidara reste toujours insatisfait de la quantité. Sasori, qui inspecte les ossements, remarque qu'un des squelettes porte un médaillon en céramique blanche autour du cou. Il le saisit et se rend compte qu'il est similaire à celui de Kannyû, ne laissant plus aucun doute quant à l'identité de son propriétaire. Il prend conscience que les corps sont ceux de Mashô ainsi que des céramistes de renommée ayant disparu dix ans auparavant. La source en argile spéciale et nécessaire à la technique du céramiste devait se tarir depuis un certain temps et, plutôt que d'exposer le village et ses habitants aux retombées économiques allant de paire avec la mort de l'art de Mashô, Gôshô avait décidé de lui ôter la vie, permettant ainsi au village de perdurer en poursuivant d'autres formes d'art.

Alors qu'elle s'extirpe des débris dus à l'explosion, Kannyû se rue vers son four à céramique où elle constate que ses créations ont toutes été détruites. Cependant, en récupérant les morceaux incomplets de l'une d'elle dans le four, elle remarque que c'est un exemple parfait de la technique de l'Éclosion Florale. Elle est soudain frappée par la réalisation que l'explosion déclenchée par Deidara a dû augmenter pour un instant la température du four, au moment de la dernière étape de confection, ce qui a donné naissance aux brisures présentes sur le glacis formant les motifs floraux. Elle réalise donc que Deidara avait raison lorsqu'il lui suggérait d'augmenter brutalement la température lors de la finalisation. Au même moment, le pendentif de son maître tombe à ses pieds et, lorsqu'elle redresse la tête vers le ciel, elle devine que l'objet provient de Deidara et Sasori. Apercevant le dragon d'argile, elle crie alors à Deidara qu'elle lui promet de ressusciter la technique de son maître.

Chapitre 4Modifier

La fleur qui ne fane pas (枯れぬ花, Karene Hana)

Konan regarde la pluie tomber incessamment sur Ame depuis sa fenêtre, tout en se laissant envahir par des souvenirs de son enfance : elle se demande comment une enfant comme elle, sans famille, sans toit et souffrant de la famine a pu être sauvée par Yahiko. Nagato sort peu à peu la jeune femme de sa rêverie en s'adressant à elle au moyen du corps de Yahiko, la prévenant de l'arrivée de Madara Uchiwa.

Madara partage avec eux une rumeur selon laquelle un habitant de la Vallée des Mensonges détiendrait des informations sur l'identité du réceptacle de Yonbi. Nagato fait alors remarquer que Hidan et Kakuzu viennent de détruire le village se trouvant dans cette vallée, mais Madara déclare que l'homme en question s'en est sorti indemne. Son passé en tant que ninja d'Iwa lui aurait permis de s'échapper et il est profitable à l'organisation d'acquérir toute information relative aux bijû. Madara ordonne donc à Konan de se rendre sur place afin de capturer l'homme pour qu'il soit ensuite interrogé. La jeune femme refuse, mettant en avant ses activités à Ame, cachant son besoin de rester aux côtés de Nagato, mais Madara met en avant son manque de contributions à Akatsuki. Elle n'a donc pas d'autre choix que d'accepter la mission et se voit contrainte d'être accompagnée de Zetsu, censé lui indiquer le chemin à suivre pour se rendre sur les lieux.

En préparant ses effets pour le voyage à venir, Konan se sent prise de panique à l'idée d'abandonner Nagato sur une aussi longue période ; cinq jours de voyage aller et cinq jours de voyage retour, pour une dizaine au total et davantage suivant la tournure que peuvent prendre les événements. Ce constat lui rappelle des paroles prononcées par Yahiko à son égard, lui intimant de rester proche de Nagato car elle seule peut l'aider à rester sur le droit chemin. Elle sort alors une fleur en papier d'une des poches de sa tunique et en déplie les pétales afin de dévoiler une véritable fleur séchée, conservée à l'intérieur. Elle se met alors à sentir le parfum qui s'en dégage, avant de rejoindre Zetsu pour leur départ.

Après quelques heures de marche sous les pluies diluviennes d'Ame, les deux partenaires atteignent le pied d'une montagne. Ils s'engagent sur le chemin qui serpente à travers les rochers, puis Zetsu se met à pousser un cri strident. Alerte d'un potentiel danger, Konan fait volte-face et suit le regard de son partenaire qui s'est posé sur une fleur blanche, poussant à la base de l'arbre dans lequel il a fusionné. Il déclare avec amusement que cette fleur est semblable à celle qui orne les cheveux de la jeune femme et, bien qu'il n'y ait aucun signe de danger apparent, Konan est effrayée en sentant les effluves dégagés par la fleur, lui rappelant instantanément Yahiko.

La jeune femme replonge alors dans ses souvenirs où elle se voit en compagnie de son ami, arpentant un village aux abords du Pays du Feu afin de dénicher des fournitures ninjas. Malheureusement, les commerçants profitant des temps de guerre pour augmenter les prix, les deux amis ne peuvent acheter aucune des marchandises proposées. Décidant qu'il vaut mieux quitter les lieux, Yahiko demande à Konan de se tourner et de fermer les yeux un instant. La jeune fille s'exécute et, lorsqu'elle ouvre de nouveau les yeux, son ami lui glisse une fleur entre les doigts avant de continuer leur route. La fleur comporte un pétale fané et un morceau de sa tige est coupé. Yahiko lui explique que le marchand s'apprêtait à la jeter, l'ayant volontairement retiré du bouquet, mais qu'il a pu la négocier à un bon prix. Il explique que la fleur lui a rappelé l'ornement que son amie porte dans ses cheveux et Konan rougit, touchée par son geste.

La jeune femme est de nouveau ramenée à la réalité par Zetsu qui s'adresse à elle, lui tendant un bouquet composé avec les fleurs blanches poussant au pied des arbres montagneux. Il lui explique alors le chemin à parcourir avant d'atteindre la Vallée des Mensonges, puis disparaît. En proie à une certaine nostalgie, Konan range les fleurs fraîchement coupées dans la même poche que celle offerte par Yahiko, des années auparavant, avant de continuer sa route. Au fur et à mesure de son avancement, elle se laisse de nouveau envahir par des souvenirs appartenant au passé, notamment la fois où elle a entrepris de faire sécher la fleur en question afin de pouvoir la conserver le plus longtemps possible.

Alors qu'elle contemple la fleur séchée dans le repaire que les orphelins utilisent depuis leur entraînement avec Jiraya, Konan se fait surprendre par l'arrivée de Nagato qui revient de mission. Pour fêter la réussite de cette dernière, les deux amis décident de préparer un bon repas en attendant le retour de Yahiko. Alors qu'ils s'affairent en cuisine, Nagato partage son désir de revoir un jour Jiraya, après qu'ils seront parvenus à endiguer toute guerre de la surface du monde ninja. Il avoue également l'envie de se lier davantage avec les autres et, plus particulièrement, de tisser des liens avec des proches. Il incite alors Konan à parler des liens qu'elle aimerait préserver dans le futur et celle-ci se met à rougir lorsqu'il évoque le nom de Yahiko. Faisant écho à la fleur offerte par ce dernier, Nagato explique de façon énigmatique qu'« une fleur portera un jour un fruit ».[1]

Konan prend alors conscience qu'à cette époque, elle n'avait pas compris le sens des mots de Nagato. Aujourd'hui, elle en perçoit enfin la signification. S'accordant une nouvelle pause, elle remarque qu'un parterre des mêmes fleurs blanches poussent au pied d'un arbre non loin et décide de s'y rendre. Elle aperçoit alors une branche au sol, sur laquelle un fruit a poussé, entremêlé avec les fleurs. Elle se baisse alors pour le ramasser et, en l'ouvrant en deux, contemple les graines qui se trouvent à l'intérieur du fruit. Une soudaine rafale de vent emporte alors quelques graines et Konan se rend compte avec tristesse que les fleurs ne portent à présent plus aucun fruit.

Après avoir retrouvé Zetsu au point de ralliement, ce dernier lui donne les dernières explications pour atteindre le lieu, il déclare qu'il ne l'accompagnera pas sur place et que sa mission se termine ici. Soulagée de ne pas avoir à supporter sa présence davantage, la jeune femme reprend la dernière partie du périple seule. Les fleurs se trouvant dans sa tunique, bien qu'ayant déjà commencé à faner, dégagent toujours un parfum enivrant, si puissant que la jeune femme se voit, une fois de plus, absorbée dans ses souvenirs. Elle se rappelle alors du jour où Yahiko a perdu la vie : Hanzô l'avait capturée et, bien qu'elle supplie ses deux amis de la laisser sur place, Yahiko avait donné sa vie pour la sauver. Rétrospectivement, Konan pense que son ami n'était pas le seul à avoir perdu la vie ce jour-là. Nagato aussi avait perdu sa part d'humanité suite à ces événements, s'associant aux idéaux sombres de Madara, se trouvant à l'exact opposé de ceux de leur ami commun.

Alors que la jeune femme traverse un champ de fleurs blanches, elle est surprise de voir l'incarnation de Yahiko se tenant devant elle. Elle pense alors que c'est sa culpabilité qui lui joue des tours, qui prend la forme de son ami pour lui rappeler qu'elle a échoué dans sa promesse de protéger Nagato et de le diriger sur le droit chemin. Le jeune homme lui conseille alors de fuir Akatsuki et de se défaire de l'emprise de Nagato et de l'aura de noirceur qui entoure chacune de ses actions. En entendant son discours, Konan redouble de méfiance, sachant pertinemment que Yahiko ne prononcerait jamais ces paroles. Elle lui envoie alors un shuriken de papier, mais son geste n'a aucun effet. Réalisant soudain qu'elle est la cible d'une illusion, elle parvient à se libérer du genjutsu à deux pas d'un précipice surplombant ce qu'il reste de la Vallée des Mensonges après le passage de Kakuzu et Hidan. Par la suite, l'auteur de l'illusion l'attaque directement, rendant la contre-attaque difficile pour la jeune femme car des images de Yahiko ne cessent de la perturber. Prenant conscience que l'illusion est basée sur l'odorat et donc sur le parfum des fleurs, elle se débarrasse de ces dernières ainsi que de sa cape.

Finalement, dans un geste inespéré et, malgré la voix de Yahiko résonnant dans son esprit, Konan parvient à lancer un shuriken de papier qui se loge directement entre les deux yeux de son assaillant. Une fois la technique du Parfum de Fleur Mirifique totalement dissoute, la jeune femme emprisonne l'attaquant et ce dernier, bien que proche de la mort, lui explique le fonctionnement de son illusion : déposer un parfum hallucinogène dans les fleurs, provoquant des hallucinations en stimulant l'odorat et en se basant sur le souvenir le plus précieux de la cible. Après l'avoir interrogé, Konan tue finalement l'homme car il a terni le souvenir qu'elle avait de Yahiko. De plus, celui-ci ne détenait pas l'information recherchée par Akatsuki.

Pensant que ce voyage ne fut qu'une perte de temps, Konan reprend le chemin d'Ame. À quelques mètres de sa position, Zetsu et Obito regardent la jeune femme s'éloigner, apparemment déçus de la tournure qu'ont pris les événements. Obito déclare qu'il a fait beaucoup d'efforts afin d'éloigner Konan de Nagato et que sa mort aurait grandement profité à son plan, permettant à Nagato de définitivement sombrer dans la haine. Au final, Obito autorise Zetsu à prendre congés et, après avoir eu une pensée pour Rin, décide lui aussi de quitter les lieux.

ÉpilogueModifier

Quand Sasuke apprend de la bouche d'Ômitsu et Komitsu que leur famille a été tuée par Akatsuki, il ne peut s'empêcher de se sentir coupable, ayant lui-même rejoint les rangs de l'organisation pour ses ambitions personnelles. Il repense alors aux nombreuses personnes qu'il a tuées pour le compte d'Akatsuki, se demandant si l'un d'eux appartenait à la famille des deux enfants. Un cri interrompt soudainement ses interrogations et, se tournant vers sa source, il aperçoit Kiiro, se révélant être le frère aîné des deux gamins. Le jeune homme reprend ses frères parce qu'ils piétiennent un parterre de fleurs blanches. Alors qu'il remarque la présence de Sasuke, les deux enfants s'excusent et se dirigent vers lui. Kiiro montre sa surprise en voyant Sasuke qu'il pense reconnaître avant de déclarer que c'est impossible et que l'homme en question est mort. Sasuke comprend alors qu'il l'a confondu avec son frère, Itachi.

Ômitsu présente alors Sasuke à son grand frère, s'attardant sur le fait qu'il ait sauvé son frère quelques instants plus tôt d'une mort certaine. Kiiro remercie alors Sasuke, bien qu'il semble surpris par ses actions, puis il envoie ses deux frères à leur maison en leur demandant de rapporter un objet. Alors que les deux hommes se retrouvent seuls, Sasuke demande à Kiiro s'il a connu Itachi. Le jeune homme répond par l'affirmative, lui racontant comment il a croisé le fer avec Itachi et Kisame alors qu'il était en compagnie de son frère aîné, Kodaka. Il avoue que, contrairement à ce que ses cadets pensent, Kodaka n'est pas mort des suites du combat contre Akatsuki, mais qu'il a donné ce qu'il lui restait d'énergie vitale pour le sauver, lui, son jeune frère. Kiiro ajoute qu'il est reconnaissant envers Itachi de ne pas l'avoir achevé, sachant pertinemment qu'avec son Sharingan, ce dernier devait sans doute deviner qu'il n'était pas mort. Il déclare qu'il ne comprend toujours pas pour quelle raison le nukenin l'a laissé vivre, mais que maintenant qu'il se tient en face de Sasuke, il comprend enfin : Itachi, tout comme Kodaka, avait un jeune frère. Il explique à Sasuke que, dans ces derniers instants, Kodaka a transferé son énergie vitale dans son corps à lui, afin de lui garantir la vie sauve. Ce geste l'ayant fait réfléchir et mûrir sur le sens de la vie, Kiiro a décidé de revenir à un quotidien plus simple et davantage en accord avec les racines de sa famille. Aujourd'hui, il continue d'élever des abeilles qui récoltent le pollen des fleurs blanches, transformant ce dernier en miel, qu'il peut ainsi vendre pour ses besoins.

Pendant leur échange, les deux hommes entendent une explosion retentir en contrebas dans la vallée et Kiiro explique à Sasuke que la détonation provient d'un village qui fabrique de la céramique. Sasuke remarque alors l'anneau de mariage à l'annulaire de Kiiro : une alliance forgée en céramique d'un blanc immaculé, parsemée de fleurs. Au même moment, Ômitsu et Komitsu rejoignent alors les deux hommes, portant un bébé dans leurs bras, qu'ils tendent à leur grand frère. Kiiro présente alors son fils à Sasuke et lui tend l'objet que les deux petits ont ramené : une fiole de verre contenant du miel. Il lui explique que c'est un échantillon de miel médicinal des Hachibe, celui qu'il fabrique à présent pour subvenir aux besoins de sa famille. Finalement, Sasuke repart et leur adresse un signe de la main avant de continuer sa route sur la voie de la rédemption. De loin, Kiiro lui demande si son frère était lui aussi un homme gentil et Sasuke lui répond que oui.

Le roman se termine comme suit : « Les membres d'Akatsuki avaient aussi une famille. Les membres d'Akatsuki avaient aussi aimé. Eux aussi étaient des shinobis et des hommes ».

CitationsModifier

  • (Sasuke à Ômitsu) « C'est en allant ramasser lui-même ses shuriken qu'il apprendra les différences de distances de lancer. De plus, s'il les ramasse lui-même, chaque lancer prendra une importance particulière. Si tu continues de l'aider, il ne fera que se reposer sur toi et n'évoluera pas. »[2]
  • (Itachi) « La vue, l'ouïe, le toucher, le goût et l'odorat. Les cinq sens enseignent à l'être humain qu'il est vivant en ce monde. Dans ce cas, les membres du clan Uchiwa qui possédaient un pouvoir rare de la vue appelé Sharingan, avaient peut-être vu le jour pour avoir un lien encore plus approfondi avec le monde. »[3]
  • (Hidan à Hohozuki) « Donc, la devise du culte de Jashin, c'est le carnage. “Tu tueras ton prochain”, “Si quelqu'un te frappe la joue droite, prends son cœur”. »[4]
  • (Sasori) « La beauté éternelle. La beauté de l'instant. Toutes deux expriment le summum de la beauté. Être capable d'offrir son propre corps pour la beauté. Telle est la combinaison artistique. »[5]
  • (Konan) « Le ciel qui n'était pas recouvert de nuages sombres semblait vaste et infini. Le soleil était éblouissant et éclairait de ses rayons la terre comme pour affirmer qu'il traitait avec égalité tous les êtres vivants. »[6]
  • (Nagato) « L'homme est une créature stupide qui n'apprend pas de ses erreurs. Il n'y a pas d'autres moyens que de le dresser en lui infligeant la souffrance. »[7]
  • « À l'origine, cette lumière était destinée à éclairer le pays qui versait des larmes de sang. Cependant, au fur et à mesure, le sens et les modalités changèrent. Elle se transforma en une obscurité profonde. Akatsuki... Son nom resterait gravé pour l'éternité comme synonyme du mal aux côtés du nom des héros. »[8]

RéférencesModifier

  1. Akatsuki Hiden - L'Éclosion des fleurs du mal chapitre 4, page 212
  2. Akatsuki Hiden - L'Éclosion des fleurs du mal prologue, page 24
  3. Akatsuki Hiden - L'Éclosion des fleurs du mal chapitre 1, page 30
  4. Akatsuki Hiden - L'Éclosion des fleurs du mal chapitre 2, page 87
  5. Akatsuki Hiden - L'Éclosion des fleurs du mal chapitre 3, page 130
  6. Akatsuki Hiden - L'Éclosion des fleurs du mal chapitre 4, page 201
  7. Akatsuki Hiden - L'Éclosion des fleurs du mal chapitre 4, page 217
  8. Akatsuki Hiden - L'Éclosion des fleurs du mal chapitre 4, page 226
* DIVULGATION : Certains des liens ci-dessus sont des liens d'affiliation, ce qui signifie que, sans frais supplémentaires pour vous, Fandom percevra une commission si vous cliquez et effectuez un achat.Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .